Now Reading:
Washington n’exclut pas de sanctionner l’Inde si elle acquiert le S-400 russe
Full Article 2 minutes read

Par Xavier Marié

 

Alors que New Delhi semble déterminé à mener à son terme l’acquisition du système de défense antiaérienne longue portée S-400 auprès de la Russie, Randall Schriver, secrétaire-adjoint à la Défense en charge de l’Asie et du Pacifique, a déclaré que les Etats-Unis ne feraient pas nécessairement jouer la clause d’exception permettant à certains alliés de ne pas tomber sous le coup des sanctions contre la Russie suite à ses ingérences dans les élections présidentielles de 2016. Le Secrétaire à la Défense James Mattis avait joué un rôle significatif dans le développement de cette flexibilité quant aux conséquences indirectes des sanctions contre la Russie pour des pays alliés des Etats-Unis, historiquement proches de la Russie mais qui souhaiteraient désormais acquérir des systèmes d’armes américains. C’est en particulier le cas de l’Inde qui s’est longtemps équipée auprès de Moscou, Washington travaillant désormais à renverser la donne.

 

Si l’Inde devait faire l’objet de sanctions, cela créerait un précédent, le pays ayant jusqu’ici échappé à toute mesure de sanctions malgré plusieurs violations des régimes de sanctions américains, notamment à l’égard de l’Iran.

 

Ce sujet devrait vraisemblablement être évoqué lors de la rencontre la semaine prochaine entre James Mattis, Mike Pompeo et leurs homologues indiens. Les dirigeants américains mettront sûrement en avant leur préférence pour l’acquisition par New Delhi de systèmes alternatifs, au premier rang desquels les systèmes américains tels que le Patriot. In fine, la décision finale d’activer ou non la clause exceptionnelle relèvera du président.

Input your search keywords and press Enter.