Now Reading:
OTAN : point de situation
Full Article 9 minutes read

Par Lucie Haigneré

 

 

1) L’OTAN fête ses soixante-dix ans, un anniversaire qui permet de faire le point sur l’alliance militaire

Cette semaine, le jeudi 4 avril 2019, l’OTAN a célébré ses soixante-dix ans. Cet anniversaire est l’occasion pour les membres de l’organisation et leurs dirigeants de faire le point sur l’Organisation du traité de l’Atlantique nord, alliance militaire et politique fondée le 4 avril 1949, et qui permet à ses Etats membres de constituer un front commun face à toute potentielle agression – une attaque contre l’un d’eux étant considérée comme une attaque contre tous, en vertu de l’article 5.

La réunion du 4 avril entre les ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN a été l’occasion pour le Secrétaire-Général, Jens Stoltenberg, ancien Premier ministre norvégien élu en 2014 à la tête de l’administration de l’alliance, de souligner le fait qu’ « au cours de ses soixante-dix ans d’existence, l’OTAN n’a pas ménagé ses efforts pour préserver la sécurité des citoyens de ses pays membres », si bien que « les pays alliés continueront de faire front ensemble pour empêcher les conflits et préserver la paix ».

 

2) Les trop faibles dépenses des pays membres dans le viseur de Donald Trump

 

Donald Trump critique régulièrement avec virulence les membres de l’alliance et en particulier les pays européens, qu’il accuse de ne pas suffisamment contribuer au financement de l’organisation et de ne pas assez partager le fardeau de la défense, même si depuis 2014 et l’annexion de la Crimée par la Russie et avant l’accession de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, les pays membres de l’organisation avaient augmenté leurs dépenses militaires, sans pour autant atteindre les objectifs fixés par le président américain.

 

Lors de la célébration, le Président américain  a reconnu que les pays membres avaient augmenté leurs dépenses militaires (et partant leur contribution financière à l’Otan). Il reste cependant reste critique et espère que cet effort va se poursuivre, notamment pour l’Allemagne, l’une des principales cibles de ses reproches. En effet, il lui semble logique que l’Allemagne, dont l’économie est la plus prospère d’Europe, soit celle qui investisse à la hauteur des attentes des autres membres et de ses ressources financières. En effet, Berlin consacre 1,2% de son PIB aux dépenses militaires alors que la contribution américaine s’élève à 3,6%, et que celle de la France et du Royaume-Uni sont respectivement de 1,8% et de 2,2%. Le président Trump a souvent affirmé que les Etats-Unis portaient trop le poids des dépenses de l’alliance militaire. Il appelle donc les pays membres à consacrer au moins 2% de leur PIB à leurs forces armées, en vertu de la règle adoptée en septembre 2014 au sommet de Newport.

Le Président, à peine entré en fonction, s’était plaint du manque d’investissement de la part des autres pays membres et avait menacé de retirer les Etats-Unis de l’OTAN, une action qui aurait eu des conséquences sans précédent sur l’équilibre militaire et politique européen et international. Dans son discours sur l’État de l’Union du 5 février 2019, Donald Trump a évoqué l’alliance, exhortant les Etats-membres à participer enfin de façon équitable aux dépenses de l’OTAN, en s’exprimant ainsi : « Pendant des années, les Etats-Unis ont été traités avec peu d’égards par ses amis, par les membres de l’OTAN, mais aujourd’hui nous avons assuré une augmentation de 100 milliards de dollars dans les dépenses de défense de la part des alliés de l’OTAN ».

En 2018, sept pays seulement remplissaient les conditions budgétaires exigées, et l’Allemagne n’en faisait pas partie ; alors que le pays vient d’annoncer qu’il ne respectera pas l’objectif de dépense de 2%, de nombreux députés américains considèrent toujours l’Allemagne comme un allié de taille. Mais le fait qu’elle ne puisse (ou ne veuille) pas atteindre les objectifs de dépenses fixés, agace les détracteurs de l’alliance militaire. D’après certaines voix, si l’OTAN veut demeurer une alliance pérenne, l’Allemagne doit tenir son budget et la règle des 2% du PIB. Une position qui peut paraître paradoxale, quand on sait que l’Allemagne souhaiterait gagner en autonomie vis-à-vis des Etats-Unis.

Le Secrétaire-Général Jens Stoltenberg défend néanmoins l’investissement des pays européens en soulignant les efforts qui ont été produits durant les dernières années et rappelle que les dépenses vont « dans la bonne direction ». La Pologne, la Grèce, l’Estonie et d’autres pays membres ont atteint l’objectif des 2% selon le rapport annuel de l’OTAN sur les finances de l’organisation. Le secrétaire général de l’OTAN a également déclaré à propos de l’alliance politico-militaire : « Le désir de préserver la paix dans le monde n’est pas suffisant, nous devons agir et investir plus », soulignant ainsi que les pays européens avaient fait des efforts en matière d’investissements financiers dans la défense mais que cette dynamique devait être soutenue et accentuée afin de préserver la paix dans le monde. L’OTAN prévoit que de 2016 à 2020, les pays membres de l’alliance, en dehors des Etats-Unis, doivent augmenter de 100 milliards de dollars leurs budgets militaires.

3) La Russie au cœur des menaces visant l’OTAN

La Russie a été au cœur des discussions des dirigeants de l’alliance militaire se réunissant à l’occasion du 70anniversaire. Selon le communiqué officiel, « les ministres ont évoqué la violation continue par la Russie du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire » – le traité FNI signé en 1987 visant à réduire le nombre d’armes nucléaires intermédiaires dans les arsenaux américain et russe. L’OTAN a de nouveau appelé la Russie à renoncer à l’annexion de la Crimée, à relâcher les marins ukrainiens capturés en mer d’Azov en novembre 2018 et à respecter le traité FNI, sans quoi les Etats-Unis se retireraient eux-mêmes du traité. Moscou a six mois pour respecter les clauses du traité. La volonté des Américains est notamment justifiée par le président Trump qui fait part du développement par Moscou de nouveaux missiles, notamment des missiles sol-sol 9M729 – SSC-8 à capacité nucléaire et dont la portée, estimée entre 500 et 5 500 km, serait en violation directe du traité. L’OTAN a pour objectif de préserver le traité, mais le Secrétaire-Général demeure néanmoins prudent en annonçant qu’il fallait se préparer à la possibilité que la Russie se dote de plus de missiles à l’avenir. Se préparer au futur n’implique pas, pour Jens Stoltenberg, un développement des mêmes missiles nucléaires que ceux développés par la Russie. Il a ainsi réitéré son soutien au plan américain de retrait du traité si la Russie continuait à en violer les clauses, afin de pousser Moscou à respecter les engagements signés en 1987.

Les discussions ont aussi porté sur les inquiétudes des membres à l’égard du comportement russe sur la scène internationale, notamment depuis l’annexion de la Crimée en 2014. L’OTAN devrait organiser davantage de missions de surveillance dans la région de la mer Noire, avec plus de navires affrétés dans ces eaux, et prononcer des sanctions à l’égard des actions entreprises par le gouvernement russe contre l’Ukraine. De plus, Jens Stoltenberg a annoncé aux ministres des Affaires étrangères des pays membres que l’OTAN soutiendrait la Géorgie, notamment en procurant un entraînement aux forces navales et aux garde-côtes. La Géorgie et l’Ukraine doivent faire face aux agressions russes et aspirent à rejoindre l’organisation nord-atlantique. La Turquie, allié important de l’OTAN, a aussi figuré en bonne place dans les débats. En effet, sa volonté d’acheter à la fois le système russe de missile sol-air S-400 et l’avion américain  F-35 crée un fort risque d’incompatibilité, portant atteinte à la sécurité opérationnelle, en particulier à l’égard du F-35, dernier-né de l’aviation américaine (cf. brève spécifique)

4) De la discussion de l’efficacité et de l’utilité de l’OTAN

Les critiques formulées par le président Trump à l’égard de l’organisation nord-atlantique ont ravivé le débat sur l’efficacité réelle de l’alliance politico-militaire. Comme l’a déclaré Jens Stoltenberg : « Nous devons être francs, il est vrai que des questions ont été posées des deux côtés de l’Atlantique sur la force de notre partenariat. » Avant d’ajouter en substance que dans la mesure où l’ l’alliance est une démocratie, les discussions ouvertes et les points de vue différents ne sont pas un signe de faiblesse mais bien un signe de force. Dans son discours, il a rappelé les liens historiques qui ont permis aux Etats-Unis et à l’Europe de préserver la paix durant plusieurs conflits, et a fait référence aux nouveaux défis auxquels doit faire face l’alliance. L’OTAN doit aussi affronter des querelles internes à propos des dépenses des pays consacrées à l’alliance et à certaines tendances autoritaires arborées par certains alliés, lesquelles nuisent aux valeurs et aux intérêts de l’alliance.

 

Pour deux émissaires de l’OTAN, Nicholas Burns et Douglas Lute, le plus grand défi auquel l’OTAN doit se préparer consiste dans « l’absence d’un leadership fondé sur des principes forts d’un président américain pour la première fois de son histoire ». Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a défendu le président Trump, en considérant que la conclusion de ce rapport était erronée, et que l’administration du président avait travaillé avec acharnement pour faire de l’OTAN une alliance solide. Il a aussi rappelé que les pays membres de l’alliance doivent présenter un front uni devant les menaces que représentent la Russie, la Chine et l’Iran. Il a annoncé : « Nous avons bien fait de rechercher la paix par la force, ici, à l’OTAN (…). Nous devons continuer de procéder ainsi, en particulier dans cette nouvelle période de concurrence entre grandes puissances comme la Russie, la Chine et la République islamique d’Iran. »

Input your search keywords and press Enter.