Now Reading:
Nouveaux exercices militaires Russo-Égyptiens début novembre 2019
Full Article 3 minutes read

Nouveaux exercices militaires Russo-Égyptiens début novembre 2019

Par Alexandre Coucaud

 

 

Le 27 octobre 2019, le porte-parole des forces armées égyptiennes déclarait le début d’exercices conjoints avec l’armée russe pour une durée de deux semaines, jusqu’au 7 novembre. Ces exercices, qui prévoyaient l’entrainement des troupes antiaériennes, furent centrés sur les nouveaux systèmes d’armement russes et font office de prolongement du partenariat stratégique russo-égyptien signé en octobre 2018.

 

Ces manœuvres, nommées « Arrow of Friendship-1 » traduisent le potentiel antiaérien des deux forces en présence et se déroulent, pour la première fois, conformément au plan d’activités internationales défini par le ministère de la Défense russe. Elles prennent place exactement un an après l’exercice intitulé « Hama-Friendship 2018 » auquel participèrent 400 militaires de chacun des deux pays ainsi que plusieurs dizaines d’avions et hélicoptères d’attaque. Une centaine de militaires russes qui participeront aux exercices conjoints cette année. Dans cette lancée, Moscou et Le Caire affichent leur coopération militaire en assurant la défense de l’espace aérien égyptien.

 

Cette manœuvre fait office de vitrine technologique, et promeut notamment les missiles russes Tor-M2E et Buk-M2E, nouvelles acquisitions de l’armée égyptienne, mais aussi des S-125 Pechora et des systèmes portatifs Igla-S. Les missiles antiaériens Tor-M2E et Buk-M2E sont des armes lancées depuis un châssis sur roues. Le premier a pour particularité  d’effectuer ses tirs à la verticale avant d’être guidé à l’aide de gaz latéraux et de son électronique pour toucher ses cibles. Cette version est déployée depuis 2018 et a déjà fait ses armes sur le théâtre d’opérations syrien – il y aurait, selon le journaliste Viktor Murakhovsky, abattu 80 cibles. Le Buk-M2E est quant à lui un missile de défense de moyenne portée. Il s’agit d’une nouvelle variante du Buk-M2, en service dans l’armée russe depuis 2008. Ce missile peut engager 24 cibles simultanément et peut outrepasser certains brouillages pour toucher ses cibles. Ces deux équipements peuvent rouler jusqu’à 500km sans besoin d’essence et rouler en moyenne 45km/h sur des terrains accidentés.

 

Si ces armes sont entièrement conçues et fabriquées par des entreprises russes, il est important de rappeler que l’Égypte en a fait l’acquisition en 2013 pour le Buk-M2E et en 2018 pour le Tor-M2E. Si cet exercice vise à perfectionner la coopération militaire entre les armées russes et égyptiennes, l’événement est avant tout un moyen de montrer que la Russie est un acteur crucial du marché de l’armement. La prise en main des missiles sol-air Igla et des systèmes automoteurs Shilka en est une preuve supplémentaire.

 

 

Input your search keywords and press Enter.