Now Reading:
Le budget de défense et de sécurité en “accélération” pour 2019
Full Article 4 minutes read

Par Sara Valeri

 

 

Défense et sécurité font partie des priorités du nouveau projet de loi de finances (PLF) 2019, publié le 24 septembre dernier. Avec une enveloppe globale de 35,9 milliards d’euros, la mission “Défense” voit par exemple ses crédits augmenter de 1,8 milliard par rapport à l’année 2018. Une hausse qui devrait permettre d’atteindre l’objectif des 2% du PIB alloués à l’effort de défense d’ici 2025 conformément à l’engagement pris par le candidat Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle.

 

Sans surprise, le PLF 2019 s’annonce conforme à la loi de programmation des finances publiques (LPFP) 2018-2022, ainsi qu’à la première année de mise en œuvre de la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 ratifiée le 13 juillet dernier. Il entend servir quatre objectifs essentiels :

 

i) Renouveler et moderniser les capacités opérationnelles des Armées

 

Il s’agit là du poste budgétaire le plus conséquent : plus de 19,5 milliards d’euros, soit 7% de plus qu’en 2018. Cette hausse servira essentiellement à la modernisation de l’équipement conventionnel individuel (casques, treillis ignifugés, gilets pare-balles) et collectif (blindage d’hélicoptères, radars contre les engins explosifs improvisés et protection contre la menace des drones…), ainsi qu’à l’acquisition de nouveaux matériels (notamment un avion de transport A400M, un avion ravitailleur multi rôle MRTT, une frégate multi-missions (FREMM), 6 drones Reaper, 10 hélicoptères et 89 blindés Griffon) ; enfin, au développement de la dissuasion nucléaire et de la stratégie spatiale de défense.

 

ii) Soutenir les soldats en exercice et les politiques de mémoire

 

Un budget de 57 millions d’euros sera dès 2019 attribué au “plan famille” – dont l’enveloppe totale est chiffrée à 300 millions d’euros sur cinq ans. Ce plan est destiné à améliorer les conditions d’entraînement des militaires en exercice et accompagner leurs proches, notamment grâce à une meilleure prise en compte des absences opérationnelles et un accompagnement de la mobilité, tout en facilitant l’information des familles, en coordination avec les associations d’entraide. Le soutien apporté aux anciens combattants est lui aussi repensé au travers de la mission “Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation” ;  sont à ce titre prévus le déploiement d’aides sociales, notamment en matière de prise en charge sanitaire, et le versement d’allocations et de rentes viagères pour plus de deux milliards d’euros.

 

iii) Poursuivre le développement des missions de défense extérieure et de sécurité intérieure

 

Le nouveau budget permettra de poursuivre la hausse de la provision au titre des opérations extérieures (OPEX) avec 85 millions d’euros, soit 200 millions de plus que l’année précédente. Les crédits alloués aux missions intérieures (MISSINT) connaîtront une hausse de 100 millions d’euros.

 

Par ailleurs, l’enveloppe attribuée à la mission “Sécurités” augmentera de 0,3 milliard d’euros par rapport à la loi de finances initiale de 2018. L’occasion, pour le ministère de l’Intérieur, de développer les deux programmes numériques NEOGEND dans la gendarmerie, et NEOPOL dans la police, destinés à favoriser le partage de données et d’informations entre les forces de sécurité intérieure.

 

iv) Créer de l’emploi

 

Pour 2019, le ministère des Armées bénéficiera d’un renforcement ciblé des effectifs à hauteur de 466 postes, afin d’alimenter les domaines du renseignement, de la cyberdéfense, du soutien aux exportations et du numérique. Enfin, le Gouvernement accroît les effectifs à hauteur de 2400 emplois ainsi que les crédits de fonctionnement et d’investissement de la police et de la gendarmerie nationales en 2019.

 

Ce nouveau budget entend répondre au besoin de transformation et d’adaptation des armées, marquant 2019 comme l’année de l’ “accélération” plutôt que de la “continuité”.
A noter cependant, le PLF n’anticipe pas les premières expérimentations du service national universel (SNU) prévues pour 2019, attendu qu’elles devraient être portées par un financement interministériel. En attendant, la journée défense et citoyenneté, qui accueille environ
800 000 jeunes, continue d’être organisée par les armées et bénéficie d’un financement pour 15,3 millions d’euros. Selon le propos du général Lecointre lors de son audition du 17 juillet 2018 devant les députés de la commission de la défense nationale et des forces armées, l’armée française « ne sera plus éreintée, sous-équipée, sous-dotée et sous-entraînée comme aujourd’hui ; mais elle restera une armée des « dividendes de la paix », une armée de temps de paix ».

 

 

 

Input your search keywords and press Enter.